Photo de la maison forestière de La Hulpe

(c) ÉdA

Interrogé par la députée Ecolo Hélène Ryckmans, le Ministre Collin (cdH) persiste dans sa volonté de vendre 8 des 64 maisons forestières existant en Wallonie. Sa justification? Une prétendue bonne gestion: ces maisons étant en mauvais état, trop coûteuses à restaurer ou, selon le Gouvernement wallon, devenues inutiles.

L’une de ces maisons forestières fait particulièrement l’objet de vives réactions : la Maison du Ticton à La Hulpe. Cette dernière se situe en effet en bordure de site Natura 2000 et de la réserve forestière du Ticton. La parcelle est en zone forestière, dans la forêt de Soignes. Cette habitation est protégée par des arrêtés de classement du site (2 décembre 1959) et comme patrimoine exceptionnel (arrêté 27 mai 2009), un Schéma de structure existe aussi. Tout cela permet de garantir une gestion globale de la forêt et renforce sa valeur écologique et touristique.

D’après le Ministre Collin, son mauvais état de conservation et sa faible utilisation justifieraient sa démolition. « Nous refusons cette décision et réfutons ces arguments, » explique la députée wallonne Hélène Ryckmans. « Nous déplorons que le Ministre cdH utilise la vente de biens communs et de parcelles de forêt pour ajuster le budget wallon. Cette vente équivaut à brader le patrimoine wallon et à privatiser une parcelle de forêt domaniale. Nous ne pouvons l’accepter ! » poursuit Hélène Ryckmans.

Au contraire, Ecolo voit dans ces maisons forestières, et dans la maison du Ticton en particulier, une opportunité. S’il faut vraiment les affecter à un nouvel usage, ce qui reste à démontrer, ces maisons peuvent devenir de vraies vitrines pour le patrimoine wallon. « Au lieu de les sacrifier sur l’autel des (fausses) économies et de vendre petit à petit des parcelles des forêts qui appartiennent pourtant à tout le monde, le Gouvernement wallon et le Ministre Collin pourraient les louer, les transformer en outils de valorisation touristique, en faire des lieux de rencontres, ouverts sur la nature, accueillant les promeneurs, et cela en associant le Département Nature et Forêts et des associations Nous espérons vraiment que le Gouvernement change de cap et renonce à brader ainsi une nature qui appartient à toutes les Wallonnes et à tous les Wallons, » conclut Hélène Ryckmans.

Prenez connaissance de l’intégralité des échanges récents entre la députée Ecolo Hélène Ryckmans et le Ministre Collin

Pour agir, signez cette pétition lancée par La Hulpe Environnement

Share This