Régulièrement, l’actualité fait écho d’entreprises qui procèdent à des licenciements collectifs ou délocalisent tout ou une partie de leurs activités, alors qu’elles affichent des profits importants. Pour Ecolo, ces pratiques cyniques, qui créent autant de drames sociaux, sont inacceptables et révèlent le peu de respect de ces entreprises pour leur personnel, leur savoir-faire et, plus largement, pour les contribuables et les pouvoirs publics qui leur auraient accordé des aides publiques. C’est la raison pour laquelle Ecolo a déposé, au Parlement de Wallonie, une proposition de décret visant à récupérer les aides publiques octroyées à une entreprise qui effectue un licenciement collectif, ferme ou délocalisé, alors qu’elle n’est pas en difficulté. « Les aides publiques visent l’ancrage régional à long terme, soutiennent des projets et des développements. Il est logique qu’en retour, l’entreprise contribue à l’essor de la région dans laquelle elle se situe. Il est donc logique également qu’elle les rembourse si elle licencie massivement alors que rien ne l’y oblige, » explique Philippe Henry, député wallon Ecolo. « On ne peut continuer d’offrir des cadeaux fiscaux et des aides financières à des entreprises. Ca doit aller dans les deux sens. C’est l’objectif de notre décret, » ajoute Philippe Henry.

Les écologistes entendent ainsi dissuader les entreprises qui viendraient à la ‘pêche aux subventions’ en Belgique, mais sans intention d’y rester et de contribuer au développement de notre pays. « Les discussions entamées ce matin doivent se poursuivre suite à la remise de l’avis écrit demandé à la sogepa et la sriw. Au-delà des déclarations émotionnelles qui font suite à des annonces dramatiques de licenciements collectifs, il est possible de prendre des mesures qui encadrent efficacement l’octroi et la récupération des aides publiques, » conclut Philippe Henry.

Share This