Les discussions relatives au budget 2018 ont commencé en commission du Parlement de Wallonie. Ecolo constate avec regret que ce budget s’inscrit dans la continuité d’un certain nombre de mauvais choix du précédent Gouvernement.

Ce nouveau Gouvernement poursuit sur la même voie que le précédent, en laissant de côté les enjeux écologiques ou les politiques de solidarité. Il ne présente aucun investissement majeur en la matière et comporte uniquement quelques mesures de communication. Par conséquent, les défis climatiques, l’environnement, la mobilité durable et la transition énergétique restent les grands oubliés. Les enjeux de solidarité sont également insuffisamment pris en compte.

Et alors que le Gouvernement wallon se targue de s’inscrire dans une trajectoire de lutte contre le dérèglement climatique, la mobilité durable reste le parent pauvre de ce budget.  En dehors des effets de communication, aucun moyen supplémentaire pour, par exemple, le covoiturage ou le vélo. Le Gouvernement évoque une augmentation de 1 % du budget du TEC comme une faveur… alors qu’elle est inférieure à l’inflation et largement inférieure aux moyens prévus par le contrat de service public ! La Cour des comptes avait chiffré le définancement du TEC à 39 millions d’euros il y a deux mois. Ce définancement va donc se poursuivre et empirer.

Par ailleurs, les budgets des primes énergie et logement, fortement diminuées sous l’ère PS-cdH, stagnent et traduisent donc l’absence d’ambition du nouveau Gouvernement en la matière, tandis que le budget des aéroports est, à l’inverse, augmenté de plus de 10 % en 2018 ! Nous sommes loin, très loin, de la résolution adoptée il y a peu par le Parlement. C’est à la fois désolant et consternant.

Dans le même sens, les politiques environnementales (eau, déchets, énergie, …) sont également davantage ponctionnées par le Gouvernement pour financer les trous du budget.

Sur le plan des recettes, Ecolo pourrait évidemment saluer la fin de la télé-redevance. Mais les Verts soulignent que si cette taxe forfaitaire est remplacée par une autre, à savoir la taxe humaniste de 50€ par personne pour l’assurance autonomie, comme l’annonce le Gouvernement, l’impact sera nul pour un grand nombre de citoyens. Par contre, la réforme fiscale cible un nombre restreint de bénéficiaires et comporte plusieurs mesures anti-redistributives.

Ecolo pointe également l’incohérence du Gouvernement en matière de logement, alors qu’il diminue les budgets globaux du logement public et du logement privé. Par ailleurs, il prévoit … 5 millions pour soutenir les 40 000 ménages précarisés en attente d’un logement public, soit autant que le montant prévu pour soutenir les propriétaires qui achètent une troisième (4ème, …) habitation ! Des menaces pèsent également sur les associations et les pouvoirs locaux vu la diminution des emplois APE à concurrence de 20 millions €.

En outre, malgré l’absence d’ambition de ce Gouvernement MR-cdH face aux défis de la transition écologique et de la solidarité, le Gouvernement fait marche arrière quant au retour à l’équilibre budgétaire. Alors que le déficit budgétaire constaté en 2016 s’élevait à 143 millions €, le Gouvernement l’a fixé à 217 millions € et la Cour des comptes l’a corrigé à 358 millions €  ! La réforme fiscale, ciblée en faveur des plus riches et mal évaluée, creuse la dette de la Région, tandis que les dépenses en faveur de la solidarité ou de l’environnement stagnent voire diminuent, autant que le programme d’investissements. Logement, mobilité, politiques de transition, justice sociale et fiscale,… Une seule conclusion s’impose donc : ce budget 2018 va dans le mauvais sens ; il n’est ni juste ni durable, ni favorable à l’ensemble de Wallonnes et des Wallons.

Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au Parlement de Wallonie

Share This