Sigle du journal l'Avenir pour illustrer.La direction de Nethys envisagerait de confier l’impression du journal L’Avenir au Groupe Rossel et ce, en opposition au choix proposé par le comité exécutif du journal, en concertation avec son personnel.

ECOLO partage dès lors l’inquiétude exprimée par le personnel des Editions de l’Avenir en front commun des délégations syndicales, SDR et AJP.

Une telle décision, qui préfigurerait immanquablement un rapprochement plus large avec le groupe Rossel, est un choix d’une haute importance stratégique pour l’avenir du journal. Il apparaît insensé qu’une telle orientation puisse être prise sans concertation avec ceux et celles qui font le journal au quotidien. Il n’est pas non plus compréhensible qu’une telle décision, qui engage à ce point l’Avenir, puisse être adoptée par le management sortant de Nethys sans en référer aux actionnaires, alors que ceux-ci ont annoncé il y a quelques jours, à travers la réunion des instances de Finanpart, leur volonté de reprendre en mains la conduite du Groupe Publifin Nethys. Il en serait de même, par hypothèse, de la désignation d’un nouvel administrateur délégué des Editions de l’Avenir.

Dans ce contexte, Ecolo a demandé, par la voix de son administrateur Marc Hody, la réunion en extrême urgence du Conseil d’administration de Publifin / Finanpart, dès ce soir ou ce lundi matin, afin que l’état du dossier de l’imprimerie lui soit présenté. Le cas échéant, Publifin doit en effet avoir la possibilité de marquer son refus sur une orientation majeure, qui serait décidée en dehors d’une vision stratégique partagée quant à l’avenir du Groupe Publifin et quant à l’avenir des Editions de l’Avenir.

Plus largement, ECOLO rappelle que l’ensemble des groupes politiques ont affirmé solennellement, au Parlement de Wallonie, l’importance de préserver le pluralisme et la diversité la plus large des titres de presse en Fédération Wallonie-Bruxelles. ECOLO en appelle donc aux présidents des fédérations liégeoises du PS, du MR et du CDH, autant qu’aux Gouvernements, pour qu’ils utilisent leur pouvoir et leur influence afin de faire obstacle à cette possible fuite en avant unilatérale et d’établir les conditions permettant de construire, avec l’ensemble des équipes du quotidien, un futur pour le journal L’Avenir.

Muriel Gerkens et Marc Hody, co-présidents Ecolo Liège

Stéphane Hazée, chef de groupe au Parlement de Wallonie

Patrick Dupriez, co-président Ecolo

Share This