Coupes à blanc E 411- C. Lemaire

Nous avons souvent évoqué, en commission environnement, la question de l’abattage des arbres le longs des voiries. Ce 23 mai, Hélène Ryckmans interrogeait à nouveau le ministre Di Antonio sur cette problématique.

Récemment, plusieurs experts forestiers se sont exprimés en évoquant les conséquences négatives pour les oiseaux, le maillage écologique, la biodiversité, le captage de CO2. L’absence d’effets négatifs en termes de bruit, qui est souvent évoquée, est remise en cause.

Evidemment l’effet visuel est interpellant.

De nombreux citoyens s’en inquiètent également.

Si nous pouvons entendre les arguments liés à la sécurité, nous restons dubitatifs quant au fait que ces mesures soient favorables à la biodiversité. Le maillage écologique, avec ses relais pour la faune et la flore est fondamentale. Ceci inclut une diversité de hauteurs et d’essences pour les taillis.

Pour le ministre, ces coupes ne seraient pas des abattages mais des recépages qui seraient favorables en termes d’impact climatique et favorables à la biodiversité.

Il précise également que les coupes ne peuvent se faire après le 31 mars, puisque la nidification des oiseaux commencent.

Et enfin, il ajoute que ces décisions sont prises en concertation avec différentes administrations et en collaboration avec le DEMNA et que les communes sont informées.

Vu les échanges nombreux et les débats sur ce sujet, le Ministre avait proposé, en Commission Environnement du Parlement wallon, d’organiser un débat avec des experts et avec le DEMNA sur le sujet.

Ecolo se réjouit que ce débat puisse avoir lieu.

Lire le contenu des échanges en commission

Share This