Si l’on peut se réjouir de la prochaine sortie du GDR Resa du groupe Nethys, en application du nouveau décret “Electricité et gaz” et des recommandations de la commission d’enquête Publifin, il est, par contre, stupéfiant d’apprendre la désignation à la tête de Resa d’un des membres du haut management de Nethys. De même, une série d’administrateurs qui avaient été éconduits du conseil d’administration viennent d’être désignés par les partis traditionnels liégeois au sein de Resa. Comme si tout change pour que rien ne change !

En commission du 2 juillet 2018, Stéphane Hazée avait interrogé le Ministre du Budget et de l’Energie sur le recrutement du management de Resa. Le Ministre, tout en rappelant que c’est le conseil d’administration de Resa qui doit désigner le nouveau management,  avait également indiqué que la solution « la plus opportune, la plus adéquate, la plus intelligente peut-être aussi » pour les postes de management était un appel à candidatures.

Or, c’est exactement le contraire qui a été décidé par Resa le lendemain de cette prise de position du Ministre. Une telle désignation entre, une nouvelle fois, en totale contradiction avec plusieurs recommandations de la commission d’enquête, tant celle qui vise la mise à l’écart des personnes dont la responsabilité est engagée dans le scandale que celle qui prévoit le recrutement objectivé des managers des entités publiques ou intercommunales.

Alors que Resa va très prochainement se transformer en intercommunale, alors que certaines étapes sont franchies vers l’avant, notamment suite au vote du décret par le Parlement, il est consternant de voir que certains cercles restreints semblent vouloir continuer « à rester dans l’ancien monde » et « à tirer un certain nombre de ficelles pour rester aux commandes ».

Stéphane Hazée a donc déposé une question écrite au Ministre sur sa réaction face à cette désignation et sur l’initiative qu’il entend prendre. Le Gouvernement dispose de plusieurs leviers et il peut notamment se saisir de cette décision et l’annuler pour violation de la légalité (en particulier le principe d’égalité d’accès aux emplois publics) et violation de la conformité à l’intérêt général (vu le non respect des recommandations de la commission d’enquête).

Il faut absolument écrire une nouvelle page au sein de Resa et ouvrir une nouvelle perspective. Cela passe notamment par une procédure publique pour le recrutement des managers publics, à savoir un profil de fonction, un appel à candidatures, un jury impartial qui puisse vérifier les compétences.

Pour en savoir plus: lire la question orale du 2 juillet 2018 de Stéphane Hazée et la question écrite du 23 juillet 2018. Vous pouvez également lire l’article de la Libre.

Share This