Image du sigle N931 barré.

(c) www.N931.be

Interrogé en séance plénière du Parlement de Wallonie par son prédécesseur et initiateur de ce mauvais projet, le Ministre des Travaux publics et de l’Aménagement du Territoire a enfin ouvert la porte à l’abandon du projet de construction d’une nouvelle liaison routière entre Courrière et Godinne. La mobilisation des riverains, des écologistes, des communes est en train de payer.

Depuis plusieurs années, les Ministres cdH Prévot puis Di Antonio avaient ressuscité le vieux projet d’une nouvelle liaison routière entre Courrière et Godinne. D’emblée, des riverains de même que la commune d’Assesse, à l’initiative d’Ecolo, ont fait part de leur vive opposition à ce projet. Ce combat a aussi été relayé, à plusieurs reprises, au Parlement de Wallonie par le député Stéphane Hazée. En effet, si elle se concrétisait, cette voirie était susceptible de porter atteinte à des zones naturelles, d’empiéter sur des terres agricoles mais aussi de générer davantage de trafic, en particulier dans la traversée du village de Maillen.

Ce lundi 10 décembre, c’est donc l’ancien Ministre et initiateur du projet, Maxime Prévot, qui en a demandé l’arrêt et on ne peut qu’espérer qu’il soit en l’occurrence entendu.

« On ne peut que saluer la mobilisation des citoyens et des forces politiques assessoises, mais que d’argent perdu dans la réalisation de ces multiples études destinées à mettre en œuvre un projet d’un autre temps », constate Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au Parlement de Wallonie.

« A l’heure où le recours à la voiture est toujours plus coûteux pour le portefeuille du citoyen et pour la planète, on peut attendre du Gouvernement qu’il encourage les moyens de transports collectif ou doux », ajoute-t-il ! .

« Après avoir étudié 11 (!) tracés différents, le Gouvernement wallon semble enfin revenir à la raison. Il était plus que temps. Maintenant, nous réitérons notre demande que la Région prenne des mesures pour sécuriser les voiries existantes qui traversent le village de Maillen, soumis à un important trafic de transit et qui en ont bien besoin », concluent Nadia Marcolini et Julien Delfosse, échevins Ecolo à Assesse.

Pour en savoir plus: lire la question orale du 1er octobre 2018 et  la question orale de Stéphane Hazée du 12 mars 2018. Vous pouvez également vous rappeler les questions écrites du 11 octobre 2018, du 3 août 2018, du 14 juin 2018 et du 30 janvier 2018.

Share This