Alors que la COP 24 s’est achevée sur un bilan manquant cruellement d’ambition, que le 2 décembre dernier, 75.000 personnes ont marché dans les rues de Bruxelles pour réclamer des politiques climatiques ambitieuses, et que les rapports alarmants s’accumulent, la Belgique reste à la traîne. Pour Ecolo, l’urgence climatique est là. Et il revient à notre pays, et à ses entités fédérées, de relever le défi en faisant preuve d’ambition.

C’est en ce sens que le groupe Ecolo au Parlement de Wallonie a déposé une proposition de résolution visant à repositionner la Belgique dans une démarche ambitieuse de lutte contre les changements climatiques et, en particulier, à rehausser les ambitions de la Wallonie. Cette proposition des écologistes a été adoptée en urgence et à l’unanimité au cours de cette dernière séance plénière de l’année du Parlement de Wallonie.

La résolution des écologistes wallons s’inscrit en droite ligne de la résolution “bas carbone” adoptée par le Parlement de Wallonie en septembre 2017 et de la proposition de résolution de leurs collègues fédéraux, adoptée en commission hier matin à la Chambre. Le texte demande ainsi au Gouvernement Wallon de porter trois demandes claires et urgentes au niveau de la concertation interfédérale belge pour que notre pays se montre enfin à la hauteur des enjeux climatiques :

  •  faire en sorte que la Belgique rejoigne la coalition des pays qui plaident pour une hausse immédiate des objectifs européens de réduction des gaz à effet de serre à l’horizon 2030 ;
  •  plaider au niveau européen pour un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 55% à l’horizon 2030 et de 95 % à l’horizon 2050 par rapport aux émissions de 1990 ;
  •  faire en sorte que le Plan National Energie-Climat 2030 (PNEC), ainsi que ses volets régionaux, offre une trajectoire et des mesures compatibles avec les objectifs de réduction des gaz à effet de serre de 55 % et 95 % respectivement à l’horizon 2030 et 2050.

Le Parlement de Wallonie devient ainsi le premier Parlement du pays à adopter une position aussi ambitieuse, notamment à l’horizon 2030 et, de plus, à l’unanimité. Les écologistes espèrent que cela pourra, à l’instar du vote intervenu en commission de la chambre hier, devenir rapidement la position de la Belgique toute entière. Et contribuer ainsi positivement à la dynamique européenne et mondiale en évolution.

« Ces dernières années, la Belgique s’est davantage rapprochée des pays climatosceptiques que des ambitieux. Notre pays ne parvient en outre pas à parler d’une seule voix, nous l’avons encore une fois constaté au cours de la COP24 qui vient de s’achever. Il est pourtant essentiel de remettre les enjeux climatiques et les priorités au centre du jeu, et d’adopter des mesures cohérentes et concrètes en ce sens, à tous les niveaux de pouvoir », commente Philippe Henry, député wallon Ecolo, à l’origine du texte adopté aujourd’hui au Parlement de Wallonie. « Le Plan National Energie-Climat 2030 (PNEC) a été adopté aujourd’hui par le comité de concertation. C’est évidemment un pas dans la bonne direction mais si nous voulons réussir à faire coïncider ambitions et réalités, nous devons nous montrer plus volontaristes. Et nous pouvons le faire, notamment sur base des objectifs fixés par la résolution adoptée aujourd’hui », conclut Philippe Henry.

Share This