Ecolo déplore le refus par MR et cdH d’activer les pouvoirs de tutelle et d’envoyer un commissaire spécial. 

Suite au scandale Publifin-Nethys, qui avait secoué une grande partie de l’opinion publique, le Parlement de Wallonie a mené à bien une commission d’enquête, qui a abouti à des recommandations pour faire en sorte que ces pratiques scandaleuses ne puissent plus se reproduire.

Image illustrant le budget wallon, via une image du Parlement wallon.
Plus de 500 jours après leur adoption, force est de constater que de nombreuses recommandations, pourtant adoptées à l’unanimité, ne sont toujours pas mises en œuvre, en particulier au niveau des recommandations adressées spécifiquement au Groupe Publifin. Ecolo pointe par exemple la suppression de Finanpart, la mise à l’écart des responsables, la simplification de la structure du groupe, le pouvoir à rendre aux communes, les avenants aux contrats pour limiter réellement les rémunérations, un  remboursement sérieux des comités de secteur tenant compte de l’absence de prestations,… « En réalité, à part la sortie de Resa de Nethys, qui est positive, rien n’a réellement changé au coeur du système », commente Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au Parlement de Wallonie et membre de la commission d’enquête Publifin.

« Sur plusieurs enjeux, la situation a même empiré, en contradiction avec la commission d’enquête. Ainsi, les personnes dont la responsabilité est engagée et qui devaient être écartées sont toujours en place, voire ont augmenté leur influence. Les délégués spéciaux ont également indiqué que le pouvoir continue à être exercé en dehors du conseil d’administration. Comme à l’époque des comités de secteur. Ce statu quo, comme s’il n’y avait pas eu de scandale, ni commission d’enquête, ni recommandations, ni unanimité à cet égard, est inacceptable ! » poursuit Stéphane Hazée.
Pour Ecolo, le Gouvernement doit utiliser les pouvoirs de tutelle que le Parlement de Wallonie lui a donnés suite à ce scandale. C’était l’objet de la motion introduite par les écologistes et qui a été soumise au vote ce mercredi en séance plénière. « Concrètement, nous demandons au Gouvernement d’adresser une ultime mise en demeure des instances du Groupe Publifin-Nethys pour aboutir à la mise en oeuvre de l’ensemble des recommandations de la commission d’enquête et de désigner, à défaut, un commissaire spécial pour ce faire. Le Gouvernement wallon a le pouvoir d’agir. Or, il continue de laisser faire . Notre motion a été rejetée et nous le déplorons. Mais au-delà du rejet de ce texte, c’est la crédibilité des institutions et le respect des engagements pris qui sont posés. A fortiori quand, rappelons-le également, ce scandale a conduit au basculement de majorité en Wallonie », conclut Stéphane Hazée.

 

Share This