La mise en œuvre d’une assurance autonomie pour accompagner la perte d’autonomie liée à l’âge, au handicap et à la santé est un souhait de longue date d’Ecolo. Pour les Verts, vu que sa concrétisation au niveau fédéral s’avère impossible, il est nécessaire d’avancer au niveau régional.

« Le Gouvernement Wallon avait annoncé sa volonté de créer une assurance autonomie en 2015, et c’est une volonté que nous avons toujours partagée », commente le député wallon Ecolo Matthieu Daele. « Mais ce que le Gouvernement confirme aujourd’hui est une assurance autonomie low-cost et une cotisation anti-sociale », poursuit Matthieu Daele.

En effet, pour les personnes des moins de 65 ans, le Gouvernement wallon limite strictement le bénéfice de l’assurance autonomie aux services à domicile (aide familiales, aides ménagères, garde à domiciles).

Dans ce modèle low-cost, Ecolo constate dès lors l’abandon des personnes qui ont des besoins d’accompagnement dans leurs déplacements, qui souhaitent être prises en charge dans un centre de jour, ou des personnes handicapées en institution, etc. « Toutes ces personnes sont en perte d’autonomie, mais elles devront se débrouiller : le Gouvernement ne leur apporte aucune réponse. Pour nous écologistes, depuis toujours, une vraie autonomie, c’est une autonomie universelle et pas une mini-autonomie; une vraie autonomie, c’est la liberté de choix, la possibilité de choisir le service le plus adapté à ses besoins, pas uniquement parmi celles autorisées par le Gouvernement Wallon », ajoute Matthieu Daele.

Pour Ecolo, la confirmation d’une cotisation forfaitaire de 36€ pour chaque adulte, est anti-social et constitue un problème. En effet, à l’heure où tout le monde se félicite de la fin de la taxe forfaitaire TV complètement obsolète, le Gouvernement wallon crée une cotisation semblable pour tous les ménages. A l’inverse, Ecolo plaide fermement pour une cotisation progressive liée aux revenus, au nom des principes de solidarité.

« Nous devons clairement aller vers une assurance autonomie universelle et une cotisation progressive pour assurer à toutes les wallonnes et tous les wallons une autonomie la plus complète possible, quelle que soit sa perte d’autonomie », conclut Matthieu Daele.

 

Share This