Interpellation - Atteintes à la liberté de la presse au sein des Éditions de L’Avenir

Publié le 03/04/2019
Type : Interpellation

Monsieur le Ministre-Président, si nous sommes réunis ce soir dans cette commission autour de cette interpellation, c'est parce que des événements graves sont intervenus il y a quelques semaines au sein du journal L'Avenir depuis la décision de la direction de licencier trois journalistes. L'ensemble des journalistes ont immédiatement exprimé leur indignation devant l'annonce de ces trois licenciements qui n'ont pas été guidés, je les cite : « par des considérations objectives, mais qui relèvent du règlement de compte ».

 

Il y a plus d'un an, le spectre d'une liste noire de journalistes avait plané déjà sur la rédaction du journal L'Avenir. Nous avions d'ailleurs exprimé une réaction vive avec les quatre groupes de cette assemblée pour faire barrage à ces menaces. Ce projet de licencier des journalistes, considérés par Nethys comme trop indépendants ou trop peu dociles, avait ressurgi dans la mise en œuvre du plan de restructuration il y a quelques semaines.

 

À présent, nous y sommes, nous sommes face à des licenciements ciblés, témoignant de la volonté de représailles en lien avec l'exercice, par les journalistes concernés, de leur profession et de leur liberté.

Une nouvelle fois, les heures sont sombres pour cette rédaction, donc pour notre Région, dès lors que c'est la liberté de la presse et l'indépendance rédactionnelle qui sont au centre des inquiétudes. En témoigne le soutien directement apporté aux équipes du journal L'Avenir par les organisations représentatives des journalistes du Soir, de La Libre, de la RTBF et d'autres encore – c'est dire si nous ne sommes pas devant un petit groupe qui imaginerait des difficultés.

 

La situation a ensuite empiré, puisque les journalistes se sont vu couper leur accès aux sites et aux réseaux sociaux. On a entendu quelques explications non convaincantes sur les opérations de maintenance qui, justement, et sans préavis, auraient été mises en œuvre à ce niveau et puis, ensuite, la menace par la direction, alors que les travailleurs avaient repris le travail suite à deux jours de grève, d’empêcher la publication du journal sauf à pouvoir en vérifier préalablement le contenu. C’est donc la censure préalable qui faisait ici son apparition.

 

Je pense qu’il faut le dire clairement : ces pratiques sont inadmissibles. Elles ont d’ailleurs fait l’objet d’une procédure l’alerte auprès du Conseil de l’Europe. Circonstance aggravante, du moins à nos yeux : l’ensemble de ces faits se déroulent dans une entreprise qui appartient à 100 % à la collectivité. C’est donc l’argent de la collectivité qui sert aujourd’hui des desseins assez sombres.

 

Depuis lors, une négociation a été ouverte avec les syndicats pour aboutir à la promesse d’une réintégration des trois journalistes licenciés ; promesse avant que n’apparaisse un changement de fonction relevant finalement de la seule décision de la direction et s’apparentant, au bout du compte, à une sanction. Il faut préciser que les auditions qui ont eu lieu depuis lors au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont permis de confirmer que l’ensemble de ces décisions quant à l’organisation de la rédaction avaient été prises sans aucune consultation ni concertation avec la Société des rédacteurs, du reste, en violation du décret de 2004, du décret communautaire de 2004.

 

Il faut encore préciser que ces licenciements ciblés autant que ces promesses de réintégration à une autre fonction ont été pris en l’absence complète de concertation avec les chefs d’équipe patronnant les fonctions dont il est question.

 

La question qui est dès lors posée maintenant, c’est de voir comment nos institutions peuvent réagir pour exprimer, de façon univoque et de façon ferme, le fait que ces pratiques sont gravement problématiques.

La question que je souhaite dès lors vous poser est : quelle est l’analyse du Gouvernement sur ces événements ? Le Gouvernement partage-t-il ces inquiétudes ?

Visualiser l'intégralité de l'intervention

    Retour aux Interventions
Share This