Photo enfants

Photo (CC) Flickr

 

 

Tiens, tiens, le cdH ne veut plus réformer les allocations familiales au 1er janvier 2019, mais au 1er janvier 2020… Pour des raisons techniques?  Pas si sur !

 

En effet, la réforme portée par Alda Gréoli comporte une série d’effets pervers dont seront victimes de nombreuses familles dont un fameux, celui de la « transition » :

 

Les enfants qui sont nés avant la réforme bénéficieront des anciens montants et les enfants nés après la réforme bénéficieront des nouveaux montants. Il va donc y avoir de nombreuses familles qui auront un pied dans l’ancien système et un pied dans le nouveau, qui seront à cheval sur les deux systèmes. Un couple a aujourd’hui deux enfants. S’ils en ont un troisième qui naîtra le 1er janvier 2020, et pas le 31 décembre, et bien ils vont perdre pas moins de 1 192,80 euros par an soit près de 100€ par mois.

VEWS – 10 janvier 2018

Une image vaut mieux qu’un long discours : la RTBF l’a fait. On voit en vert une famille qui a son 3ème enfant en 2018 (ancien système) : le premier bénéficie de 92€, le deuxième bénéficie de 170€, le troisième c’est 254€. La même famille, à droite, en orange, son 3ème enfant naît en 2020 : il bénéficie de 155€. Quasi 100€ de différence par mois pour cette famille ! Ça ne va pas.

Avec le report d’un an, les parents concernés par l’effet pervers « transition » ne s’en rendront pas compte avant les élections de 2019, mais après… Le cdH voudrait éviter les retours de flamme électoraux qu’il ne s’y prendrait pas autrement.

Et pourtant, Alda Gréoli nous disait au Parlement de Wallonie que « techniquement, au niveau réglementaire et au niveau des applications informatiques il s’agit d’une double réforme à mettre en œuvre. ».

Pourquoi est-ce une mauvaise nouvelle ?

1. Il nous faudrait un nouvel accord de coopération

Juste pour l’année 2019 avec les autres entités qui resteraient dans l’ancien système pour 1 an (probablement avec Bruxelles). Gréoli  disait que dans cette hypothèse «  on va se trouver avec un paquet de travail pas prévu aujourd’hui ».

2. L’affiliation de nouveaux employeurs pour un an

Les nouveaux employeurs devront s’affilier à l’ancien système juste pour la Wallonie et Bruxelles. Gréoli  disait que dans cette hypothèse « on va donc se retrouver avec un truc à deux vitesses pendant cette année 2019 »

3. Fonctionnement des caisses fédérales

Il va falloir déterminer si les conditions d’agrégation et de financement des caisses fédérales en vigueur doivent être maintenues ou modifiées pour cette année-là.

Gréoli  disait que dans cette hypothèse « il s’agit d’une double réforme à mettre en œuvre »

4. Applications informatiques
Trois systèmes devront être mis en place au lieu de deux : le système ancien, le reliquat de l’accord de coopération pour 2019 et le nouveau système.

5. Personnel

Instabilité et incertitudes pour le personnel. Les formations pour des systèmes existants pour une seule année seraient difficilement mis en place. Les risques d’erreurs humaines seraient augmentés.

CONCLUSION

d’Alda gréoli elle-même en commission le 23 janvier 2018 : « Reculer d’une année ne permet pas de reporter les questions, cela permet juste d’avoir des questions supplémentaires à résoudre pendant cette année-là ». Mais l’angoisse d’une débâcle électorale pour le cdH justifie certainement tous ces désagréments.

Share This