Question orale - Evolutions récentes intervenues ou non au sein du groupe Publifin

Publié le 27/02/2018
Type : Question orale

Madame la Ministre, les instances de Finanpart se sont réunies le 19 février dernier. Plus précisément, les parrains de Finanpart se sont réunis durant le week-end et le conseil d'administration a entériné leurs options le lendemain.

 

Malgré les déclarations formulées par une série d'acteurs, aucune décision n'a, une nouvelle fois, été prise quant à la mise à l'écart des personnes dont la responsabilité est engagée dans les manquements ou dysfonctionnements identifiés au sein du groupe Publifin. Certains ont même continué encore et encore à augmenter leur sphère d'influence dans les filiales du groupe. Je pense notamment à la filiale Win qui est le dernier exemple en date, espérons le dernier.

 

La discussion relative au périmètre des activités du groupe a aussi été ajournée à la fin du mois de mars.

C'est donc le même management, management sortant, qui va définir le schéma du futur. Je vous avouerai que c'est difficile, dans ces conditions, d'y croire réellement.

 

Plusieurs orientations ont par contre été annoncées ou ré-annoncées, comme la suppression de Finanpart, la sortie de Resa de Nethys, le plafonnement des rémunérations ou la limitation des délégations. Quand on analyse de près ces annonces, certaines d'entre elles se dégonflent assez fortement. Il y a un élément vraiment positif, c'est la suppression de Finanpart. S'il est réellement réalisé dans des délais rapprochés, ce sera une première étape, non seulement dans la réorganisation, mais aussi dans le rapprochement des communes, des pouvoirs locaux, de la sphère qui détient aujourd'hui le pouvoir.

 

Pour le reste, Finanpart annonce que Resa va quitter Nethys ; c'est l'annonce qui avait déjà été faite en septembre ou octobre. Ce n'est en fait que ce qu'imposera sous peu le décret wallon. Finanpart annonce aussi que les rémunérations vont être plafonnées lorsque le décret sera voté ; forcément, si le décret est voté, les rémunérations seront plafonnées. Je les remercie pour cette précision. Finanpart annonce aussi que les délégations du management seront limitées d'ici le 31 mars. En même temps, on annonce qu'à cette annonce, leur départ serait évoqué. On est donc là à se demander « cherchez l'erreur ». On annonce enfin le recrutement d'un management pour l'intercommunale, mais sans se séparer ni du secrétaire général, ni de la directrice générale de l'intercommunale. On se demande donc bien ce que va faire ce manager et comment il va être recruté. Pas un mot n'est dit en la matière. On a alors enfin cette étude annoncée de l'hypothèse d'un rapprochement entre ORES et Resa, mais cela ressemble à un épouvantail, un peu comme si on lançait quelque chose, pour surtout que tout le monde dit qu'il ne faut surtout pas le faire, alors qu'en réalité, à aucun moment la commission d'enquête ni le Parlement n'a pris une attitude par rapport à cet enjeu.

 

Depuis lors, on a aussi vu de nouvelles actualités, en particulier – parce qu'il y en a plusieurs et l'on ne va pas les évoquer toutes – l'actualité autour de L'Avenir, avec cette inquiétude exprimée par le personnel, d'un choix stratégique qui serait en train d'être pris. À nouveau, on hallucine, puisque ce n'est certainement pas un management sortant qui est en capacité de prendre de tels choix qui engagent L'Avenir et, a fortiori, sans concertation avec le personnel de l'entreprise.

 

On voyait encore cette après-midi des informations hautes en couleurs quant à la filiale Resa, quant à la position de son patron par rapport à Nethys. Je ne vais pas davantage la commenter. Ma question, Madame la Ministre, est de voir quelle est l'analyse du Gouvernement de la situation des orientations qui ont été adoptées et de celles qui ne l'ont pas été. Êtes-vous informée du statut exact de ces orientations annoncées par Finanpart, notamment quant à leur caractère exécutoire, quant au calendrier dans lequel elles seront rendues réellement effectives ?

Visualiser l'intégralité de l'intervention

    Retour aux Interventions
Share This