Comme le rappelait Stéphane Hazée, depuis plusieurs années, Ecolo sonne l’alerte contre le Traité UE-Mercosur et ses dangers pour le climat et la transition écologique, pour l’agriculture, pour le principe de précaution, à travers carte blanche, pétition, étude d’impact, … Cette opposition s’est peu à peu élargie et amplifiée.

Aujourd’hui, c’est un nouveau beau combat de la Wallonie, qui a pris officiellement position pour refuser au Gouvernement fédéral la délégation de signature sur ce projet d’accord commercial Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay).

Comme l’indiquait Hélène Ryckmans: “Nous savons depuis des années que ce projet de traité Mercosur est réellement problématique au regard des différentiels de mode de production et d’engagements climatiques et environnementaux.

L’annonce à la fin juin 2019 d’un accord de principe a pris de court beaucoup de monde. Les négociations avaient soudainement accéléré pour conclure cet accord, comme une sorte de fuite en avant. Celle-ci est problématique eu égard aux évolutions du monde et aux exigences de plus en plus fortes des citoyennes et des citoyens, qui résistent et s’organisent pour produire une alimentation de qualité et saine et prennent soin de nos ressources. Nous refusons le texte tel qu’il existe. Il doit être fondamentalement revu.

Les analyses d’impact, qui sont censées asseoir le bien-fondé de l’accord aux yeux de ses défenseurs, se font attendre… Mais pas celle commanditée par les eurodéputés verts ! Cette étude extrêmement fouillée a passé au crible les différents chapitres de l’accord et en a évalué les conséquences, particulièrement déséquilibrées entre les parties en présence.

Ceux qui tireront leur épingle du jeu, ce sont les multinationales, celles qui sont déjà actives et connaissent déjà les marchés étrangers. Elles vont bénéficier de tarifs réduits, de davantage d’opportunités pour exporter, de réductions des coûts. Pour le reste, les pays du Mercosur, les droits des travailleurs et des peuples autochtones, et en Europe le secteur agricole et les agriculteurs et les éleveurs et notre santé à tous n’en sortiront pas gagnants ! Ils ont été échangés contre certains secteurs industriels, et ils s’y sont fort justement opposés !

Il est donc particulièrement important d’avoir pu trouver un consensus fort sur une motion portant clairement au Gouvernement fédéral et à l’Europe le refus de délégation de pouvoir pour signer l’accord Mercosur! C’est le signal que la Wallonie devait donner, et qu’elle doit continuer à donner en ce qui concerne les traités de libre échange qui ne respectent pas les balises fortes mises par la Wallonie.

Pour en savoir plus :

  • lire l’intervention de la députée wallonne Hélène Ryckmans en janvier 2020;
  • lire ici la récente étude du Groupe des Verts au Parlement européen, présentée par la députée européenne Saskia Bricmont en janvier 2020.
  • lire ici la résolution votée par le Parlement de Wallonie en date du 5 février 2020 (en notant le corrigendum: remplacer, dans le Considérant R, le nombre « 2014 » par le nombre « 2024 »)
  • lire ici la carte blanche de l’ancien coprésident d’Ecolo Patrick Dupriez en décembre 2017 ;
  • voir ci-dessous les photos de la signature de la pétition de la FWA par plusieurs députées Ecolo à la Foire de Libramont en juillet 2019

Avec aussi Hélène Ryckmans, Stéphane Hazée, Olivier Bierin, Manu Disabato, Jean-Philippe Florent, Coralie Vial, Anne Kelleter, Patrick Dupriez et les autres.