Question orale - Renforcement de la prime en faveur des ménages à bas revenus (MEBAR)

Publié le 17/02/2020
Type : Question orale

Monsieur le Ministre, il y a plusieurs semaines, nous avons eu le plaisir de recevoir des délégués de la Fédération des CPAS en Commission du logement et des pouvoirs locaux. Ceux-ci ont ainsi eu l'occasion de nous faire part de toute une série de points d’attention que notre commission et votre Gouvernement ne manqueront pas de garder à l’oeil durant cette législature.

 

J’ai particulièrement été interpellée par les revendications formulées par la Fédération des CPAS en matière de lutte contre la précarité énergétique. Les CPAS wallons disposent, en effet, de plusieurs leviers d’actions leur permettant de venir en aide aux ménages faisant face à des difficultés dans l’accès aux ressources énergétiques de première nécessité. Toutefois, ces outils nécessitent, selon la Fédération d’être renforcés de manière à déployer leur entière efficacité. Ajoutons également que la DPR édicte clairement que : « L’énergie est un bien vital et un droit fondamental dont l’accès doit être garanti à tous ». Ces outils doivent « agir de manière proactive, être davantage coordonnés et mis en réseau, afin de toucher un maximum de citoyens ».

 

Les primes Mebar constituent l’un des principaux leviers d’action permettant de lutter contre la précarité énergétique. En effet, ces primes visent à venir en aides aux ménages le plus modestes en vue de réaliser des travaux leur permettant d’utiliser plus rationnellement l’énergie. Le montant de la prime est aujourd’hui plafonné à 1365 €. Peuvent en bénéficier les ménages dont le revenu est inférieur au revenu d'intégration sociale augmenté de 20 %.

 

Notons également qu’a l’heure actuelle, la prime peut être accordée plusieurs fois à un ménage à condition que la demande soit différente de la première et qu’un délai de 5 ans se soit écoulé entre les deux demandes. Cinq ans d'écart entre deux primes, c'est énorme pour les ménages précaires qui vivent souvent dans des logements mal isolés, à la limite de l'insalubrité et qui nécessitent toute une série de travaux.

 

Les différents acteurs de terrain, en particulier les CPAS, aspirent à une augmentation de la prime à 2000€ et à l’élargissement des revenus pris en compte. On passerait au RIS plus 30 % au lieu du RIS plus 20 %. La surpression et l'assouplissent des délais entre les demandes de primes constituent également une demande de la part des CPAS en vue de lutter efficacement contre la précarité énergétique. Il me semble également important de souligner que le renforcement de la prime est inscrit dans la DPR.

 

Monsieur le Ministre, avez-vous déjà envisagé une augmentation de la prime et un élargissement du nombre de bénéficiaires, comme annoncé dans la DPR ? Si oui, de quelle manière et quand ces mesures seront-elles applicables ?

Visualiser l'intégralité de l'intervention

    Retour aux Interventions
Share This